Médiathèque les Troubadours's Blog

Just another WordPress.com weblog

Les mots qu’on ne me dit pas octobre 24, 2014

Filed under: Coup de coeur — mediathequelestroubadours @ 9:48

Ou la difficulté de trouver sa place entre deux langues, deux cultures, deux mondes.

index« “ Salut, bande d’enculés ! ”
C’est comme ça que je salue mes parents quand je rentre à la maison.
Mes copains me croient jamais quand je leur dis qu’ils sont sourds.
Je vais leur prouver que je dis vrai.
“ Salut, bande d’enculés ! ” Et ma mère vient m’embrasser tendrement. »

Quand j’ai lu le 4è de couverture, je n’ai d’abord pas eu envie de poursuivre. Je trouvais que l’éditeur jouait la carte facile de l’humour et de la provocation pour attirer le public. Stratégie marketing. Il pourrait se défendre en arguant que cet extrait est à l’image du récit autobiographique : provocateur, subversif, drôle, tendre. Et à l’image de son auteure qui livre ici toutes ses émotions, aussi ambivalentes soient elles. Elle clame son amour aussi bien que sa colère. Et logiquement son livre apparaît comme la synthèse parfaite de ces 2 mondes qu’elle côtoie : un énorme cri libérateur poussé en silence par le biais de l’écriture cathartique. Comme quoi, parfois, un silence peut faire beaucoup de bruit s’il reçoit un écho favorable.

Résumé :

Née de parents sourds-muets, Véronique Poulain a grandi dans une famille pas tout à fait comme les autres. Elle-même parfaitement entendante, elle a dû apprendre à communiquer avec deux langages : le silence et la gestuelle pour les siens, les mots et les sons pour les autres. Entre frustration et persévérance, elle va tenter de faire communiquer deux mondes qui ne se comprennent pas toujours et essayer de lever le tabou sur un handicap par le biais d’anecdotes parfois gênantes, mais très souvent drôles et touchantes, sur sa jeunesse et son adolescence dans cette famille de sourds-muets.

Cette femme qui « oscille entre fierté, honte et colère. A longueur de temps » (p.31), nous dévoile une expérience d’autant plus riche qu’elle est peu commune. Les phrases sont courtes, débarrassées du superflu, à l’image de la langue des signes. Les mots résonnent et se déploient pour nous livrer un témoignage d’une grande sensibilité et d’une grande tendresse, qui lève le voile sur cette culture qui reste encore assez méconnue malgré les efforts déployés. Mais beaucoup plus qu’un livre sur le quotidien des sourds et muets, cet ouvrage aborde des sujets universels – la communication entre parents et enfant et, plus généralement entre deux cultures différentes, et toutes les difficultés qui en découlent – dans lesquels chacun peut se retrouver.

Publicités
 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s